26 juillet 2017

Sang noir

  (Le voici ! Je l'ai enfin retrouvé, ce court poème vieux de 20 ans qui m'a inspiré le nom du blog...)     Le même trait d'encre noire Exorcise ma peine, Ma douleur et ma haine, Vomit mon désespoir.   Le même trait d'encre noire Pour la joie et le rire, Pour coucher mon désir, Accoucher mon espoir.   Je plonge dans l'Abîme Et vole jusqu'au Sublime Dans ce trait d'encre noire, Mon croire et mon vouloir. Et le calligramme d'Apollinaire -> "Tu es mon ciel bleu Le Soleil de tes yeux ... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juillet 2017

De la gloire à la honte

Chandelles. Des flammes qui vacillent sur les tapisseries suspendues aux murs. Des flacons d'alcool posés sur la cheminée ; des volutes d'encens. Ambiance de célébration païenne. Au centre du salon le décor est planté. Une croix de saint André attend la suppliciée ; une table est dressée, parsemée d'objets incongrus : cordes, pinces de différentes tailles, poids de plomb, bougies, cravaches, corset et cagoule de cuir.   C'est dans cette atmosphère en clair-obscur, l'esprit délesté de toute pensée tangible, raisonnable,... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juillet 2017

Les rêves primordiaux

La vie demande du courage et exige le discernement, si tant est que l'ardent désir que l'on en ait soit pour sa beauté et son enchantement, en dépit de tout ce qui en elle blesse, malmène.   Je suis une âme pure, une ravie, une idiote pour certains que je ne nommerais pas. Oui. Je le suis. Je le sais. Et c'est ce que je veux.   Ma quête est pour l'exaltation, l'enrichissement et parfois l'explosion. Mon discernement, dorénavant, ne doit s'attacher qu'à maintenir à distance toute imperceptible variation nocive risquant de... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 09:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 juillet 2017

Jour d'été flamboyant

Soleil dense, rayons brûlants.   Les gestes des Hommes au ralenti.   Fleuve immobile où scintillent mille reflets d'or et d'argent.   Lumière aveuglante. Ciel d'azur parfait.Il fait tellement chaud que tout semble hébété, écrasé de torpeur. Le couvercle poète, paré d'un habit de cyan ouvrant sur l'infini, se déploie sans limite. Parabole incroyable que cet éther dans lequel est nimbée la Terre. Terre des Hommes, oui...   D'ailleurs, un jour comme celui-ci, on pourrait presque rejoindre Le Petit... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 juillet 2017

Balade en solitude

Solitude. Tout mon être au repos, exceptées les pensées vagabondes... Le rien et le tout se succèdent ; se confondent. A l'écoute de mes vibrations intérieures, en même temps qu'en alerte quant à tout ce qui se passe au-dehors, j'engrange de la connaissance de moi-même. Et je ne suis pas une. Je me délite en tout. Écrivant, je suis le coussin coloré contre lequel j'aime m'adosser. Si j'arrose le jardin je suis cet insecte se hâtant de grimper sur le petit caillou, son arche de Noé. Souffle, je suis complice du vent qui agite... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 juillet 2017

Mythologie toute personnelle - 1

Humilité, tel un chant sacré, Par toi mon âme ensorcelée. Tes discours nus caressent mon cœur. Avec toi il n'est nulle rancœur.     Je loue chaque journée où je t'ai côtoyée. Faisant l'épreuve de toi je me rencontre moi. Aux croisements des routes il faut bien faire un choix ; A distance ego ! Foi, joies dans l'humilité.   Dans mon Olympe tu es Vénus, J'aime tes coutumes et tes us. A tes côtés règne bienveillance En elle, humilité, est bienséance.   Je loue chaque journée où je t'ai... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 juillet 2017

Songe de Perse

Shirin est fille d'orient, Arthur enfant de France.   Autant il est fougueux, embrasé parfois, exalté, crépitant - corps et esprit de feu nourris de poésie, qu'Arthur lit, affamé, et qu'il écrit aussi - autant Shirin est à l'image des eaux étincelantes et calmes des bassins d'Ispahan. Ainsi sait-elle dompter, sans pourtant les éteindre, les brasiers insensés de l'homme qu'elle chérit.   Shirin, héritière d'un noble érudit iranien, se plaît à conter à Arthur les fables philosophiques des vieux sages perses. Des heures... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 14:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 juillet 2017

Mon pré

J'habite une maison blanche aux parquets de miels, doré ou foncé.   Elle forme un abri, niché dans un jardin de roses.   Le portail poussé, ce sont ces nobles fleurs qui, d'emblée, envahissent le champ de vision, effleurent les narines si tant est qu'on les frôle, appellent la main à doucement caresser, de leurs pétales, la peau veloutée qui embaume.   Avançons. Longeons la haie et la maison. Lauriers sombres, photinias, mariés aux hibiscus, corêthes, seringats, kolkwitzia, lilas et weigelia. Que tout cela... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 16:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 juillet 2017

La table des matières. Exercice universitaire

M. de Charny   M. de Charny était ce qu'on pourrait familièrement appeler un chaud lapin. Une physionomie solide mais gracieuse, des traits fins, un regard profond, intelligent et un sourire charmeur, lui conféraient cet aplomb caractéristique des hommes riches de nombreuses expériences et pouvant se prévaloir de connaître le beau sexe dans ses moindres … recoins. Celui-ci, coureur de jupons professionnel, avait au fil des années pérennisé - avec l'aide de multiples et généreuses bienfaitrices - la petite fortune que lui... [Lire la suite]
18 juin 2017

Souvenir d'à venir

  Il est là, juste à-côté. Elle peut voir dans son regard, entendre dans sa voix, le désir s'élargir. Elle sait déjà, elle le sent, qu'elle ne pourra pas résister. D'ailleurs pourquoi tendre à cela ? Alors qu'en elle, une faim bout, surpassant tout autre tourment. Corps qui s'emmêlent. Les yeux, puis les doigts et les langues. Elle se souvient...   Dans l'alcôve de sa couche, bientôt, voici les corps nus peau à peau allongés. Les souffles raccourcissent, les mots murmurent maintenant. Les yeux mangent les... [Lire la suite]
Posté par B_A BA à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,